La CCFA partenaire de l’atelier Arabie saoudite
15 septembre 2020
VŒUX 2020 DE LA CCFA, MAISON DE L'AMÉRIQUE LATINE,
Mercredi 22 Janvier 2020
RENCONTRES D’AFFAIRES FRANCOPHONES 2019,
HÔTEL MARRIOTT RIVE GAUCHE, PARIS
Jeudi 28 Novembre
PALESTINE : PARTENARIAT DE DÉVELOPPEMENT ET D’AFFAIRES DANS LE TOURISME,
20 Novembre 2019
DELEGATION CCFA A DIJON METROPOLE
9 et 10 Juillet2019
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Shadow
Slider

Palestine


Présentation générale

Nom officiel : Etat de Palestine – Autorité palestinienne

Nature de régime : République

Superficie : 6020 km²

Siège du gouvernement : Ramallah

Villes principales : Naplouse, Jéricho, Hébron, Gaza, Bethléem, Ramallah.

Langue(s) officielle(s) : Arabe

Population : 4 952 168 habitants (2017)

Croissance démographique : 2.82%

Taux d’alphabétisation : 96.7%(2015)

Ambassadeur français en Palestine : Agence française de Développement (AFD)

Site internet de l’ambassade de France en Palestine : https://www.afd.fr/fr/page-region-pays/territoires-palestiniens

Tél : +972 2 540 02 27

Ambassadeur palestinien à Paris : Salman El Herfi

Site internet de l’ambassade de Palestine en France : non disponible

Tél : (+33) 1 4828 6600

Source : Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

  1. La situation économique

 Les Territoires palestiniens (TP) se composent de deux zones séparées par Israël, à savoir la Cisjordanie (5 655 km²) qui comprend Jérusalem-Est (72 km²) et la Bande de Gaza (365 km²). Selon les derniers chiffres officiels publiés, 4,91 millions de Palestiniens résident dans les Territoires palestiniens (dont 2,95 millions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et 1,96 million dans la Bande de Gaza). Les Territoires palestiniens forment une économie de petite taille (PIB estimé à 14,6 Mds USD en 2018 à prix courant), divisée en trois marchés distincts à la fois physiquement et politiquement (Cisjordanie, Jérusalem-Est, bande de Gaza). En lien avec ces contraintes et la croissance démographique importante, le PIB par habitant est faible comparativement aux pays voisins (3 030 USD estimé en 2018). La situation particulière des Territoires palestiniens, territoire occupé, divisé, aux conditions d’accès et de mouvements précaires, rend l’économie des territoires en partie dépendante de financements externes assurés par les transferts de la diaspora, les revenus des Palestiniens qui travaillent en Israël, ainsi que par les bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux. Cette économie, contrainte par les restrictions découlant de l’occupation israélienne en Cisjordanie et du blocus de Gaza, et par les incertitudes liées au conflit israélo-palestinien qui nuisent à sa compétitivité, peut toutefois compter sur un secteur privé dynamique et inventif, composé de quelques « grandes entreprises »  et essentiellement de microentreprises.

Source : DGT

  1. Relations bilatérales économiques

Le volume des échanges bilatéraux entre la France et les Territoires palestiniens (TP) enregistrés par les Douanes françaises en 2018 (18,49 M€) connaît une augmentation de 13,4% par rapport à 2017. A l’image des années précédentes, le solde est très fortement excédentaire pour la France (12,72 M€), nos exportations étant presque 5 fois et demie supérieures à nos importations. Le niveau de nos échanges avec les TP reste cependant très faible et représente par exemple seulement 7% des échanges France-Jordanie ou encore 21% des échanges France-Syrie en 2018. La faiblesse des échanges s’explique à la fois par la taille modeste du marché palestinien et par les grandes difficultés d’accès liées aux restrictions imposées par Israël (blocus de Gaza, contraintes aux douanes pour les flux entrants et sortants,…), mais aussi par la relative faible compétitivité globale de la production palestinienne qui en résulte. Les statistiques douanières françaises sous-estiment fortement l’importance de nos flux commerciaux avec les TP, en particulier en raison de l’importance des transits via Israël souvent comptabilisés comme flux israéliens. Ainsi selon les chiffres officiels palestiniens, le volume d’échanges bilatéraux serait très supérieur, de l’ordre de 79,3 M USD. La part de marché de la France serait de 1,4% en 2017, contre 0,97% en 2016, en 7ème position. La France ne représente par ailleurs que 0,23% des exportations palestiniennes. Les achats français sont essentiellement composés de dattes et d’huile d’olive. Les principales ventes françaises sont constituées de véhicules automobiles, de produits agro-alimentaires, de produits pharmaceutiques, de produits d’hygiène et parfums, et d’équipements industriels.

Source : DGT

  1. Secteur porteurs pour les entreprises françaises

-Agriculture

-Industrie

-Télécommunications et technologies de l’information

-Bancaire

Source : Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

  1. Indicateurs

 

2016

2017

2018 E

2019 E

PIB (en Mds USD)

13.397

14.32

 

 

PIB par habitant

1 746

1 997

 

 

Taux de croissance (%)

4.1%

3.1%

1.4%

1.4%

Taux de chômage (%)

28.4

29.2

 

 

Taux d’inflation (%)

-0.2%

0.2%

0.8%

1.5%

Dette publique (% du PIB)

36.4%

35.9%

39.2%

44.6%

Solde budgétaire (% du PIB)

-8.1

-8.7

-8.3%

-10.4%

Solde courant (% du PIB)

-10.1%

-10.9%

-12.7%

-13.4%

Source : Coface

 

Principaux clients : Israël (83.2%), Jordanie (5.6%), Emirats Arabes Unis (2.5%), Arabie Saoudite (2%)

Principaux fournisseurs : Israël (58.2%), Turquie (8.9%), Chine (7.1%), Allemagne (3.5%)

 

Les exportations françaises  vers la Palestine  en 2018 : 15.600 M€

Les exportations palestiniennes  vers France  en 2018 :   2.870 M€

Les investissements directs étrangers en Palestine :

(En millions USD)

19.6       51.5       300.5     179.9     238.8     62.98     189.6     159.7     104.9     268.96  

2007      2008      2009      2010      2011      2012      2013      2014      2015      2016

Répartition des flux d’IDE par pays en 2015 :

Jordanie (79%)

Qatar (8%)

Egypte (3%)

Etats-Unis (2.5%)

Chypre (2%)

Emirats Arabes Unis (1%)

Royaume-Uni (1%)

Autres (3.5%)

Sources : FMI, Banque Mondiale, Coface 

  1. Les investissements directs

Les investissements directs étrangers (IDE) restent faibles dans les Territoires palestiniens (flux nets : 226 M$ soit 1,6% du PIB en 2018 ; 1 669 M$ en stock fin 2017), même s’ils ont significativement augmenté à partir de 2009. Les stocks restent donc limités et détenus à plus de 80% par des entreprises jordaniennes, en particulier dans le secteur bancaire. Si le cadre d’accueil des investissements se veut très favorable, les restrictions imposées par Israël, l’incertitude politique et la taille modeste du marché limitent le nombre de projets d’investissements attractifs auprès des investisseurs étrangers. Le nouveau Premier ministre palestinien et son ministre de l’économie travaillent au désengagement de l’économie palestinienne d’Israël, en soutenant les investissements privés vers la production locale.

Source : DGT

  1. Le climat des affaires

Le climat des affaires est principalement déterminé par le contexte politique (restrictions/incertitudes concernant le processus de paix). La fragmentation, politique et géographique des marchés entraîne une concurrence imparfaite. La main d’œuvre est éduquée, même si l’adéquation avec les besoins du marché est imparfaite. 

  1. Les visites de personnalités françaises en Palestine :

-M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des affaires Etrangères, les 25 et 26 mars 2018

-M. Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances, du 4 au 6 septembre 2017

-M. Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique, du 5 au 7 septembre 2017

-Mme Juliette Méadel, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’aide aux victimes, du 2 au 3 mars 2017

-M. Gérard Larcher, président du Sénat, du 2 au 5 janvier 2017

Source Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères 

  1. Les visites de personnalités palestiniennes en France :

-Mahmoud Abbas, Président, le 5-6 juillet et 22 décembre 2017.

Source Consulat général de France à Jérusalem. 

Vos Interlocuteurs :

Directeur Exécutif, Neirouz FAHED: fahed@ccfranco-arabe.org.
Directeur du développement et des relations extérieures, Dominique BRUNIN : dominique.brunin@ccfranco-arabe.org

 

 

 

         PARTENAIRE STRATEGIQUE

 

                                                 
 PARTENAIRE PLATINUM

 

               
                        PARTENAIRE PLATINUM
PARTENAIRE
SILVER

 

PARTENAIRE ENTREPRISES


PARTENAIRE INSTITUTIONNEL

PARTENAIRE INSTITUTIONNEL